Tous les partis bourgeois de jeunes (jeunes UDC, jeunes PDC, jeunes libéraux-radicaux, jeunes vert’libéraux et jeunes PBD) s’opposent à l’expérience de la caisse unique. Pour assurer un système de santé libre, ils ont fondé aujourd’hui le comité de jeunes «Non à la caisse unique». Une caisse étatique signifie la perte des rabais pour jeunes, de la liberté de choix et de la qualité du système de santé suisse.

Pour la deuxième fois en 2014, les cinq partis de jeunes se sont montrés unis. La raison est l’initiative populiste pour une caisse unique, sur laquelle le peuple suisse se prononcera le 28 septembre 2014. Les partis de jeunes montrent dans leur campagne, au moyen d’actions créatifs, quelle menace plane sur les Suissesses et les Suisses: un système étatique obligatoire sans liberté de choix, une prétendue unité aux graves répercussions sur la qualité.

Non à l’expérience socialiste
La caisse unique équivaut à une mission suicide. Même les auteurs de l’initiative ne croient plus à leurs vaines promesses et doutent que les primes baissent avec ce changement de système qui coûterait des milliards. Malgré cela, la gauche veut bouleverser l’un des meilleurs systèmes de santé au monde. Cela entraînerait d’énormes désavantages pour la jeunesse : la caisse unique signerait la fin des primes avantageuses pour les enfants et les jeunes ainsi que de tous les rabais de primes. Ce sont justement les jeunes qui seraient priés de passer à la caisse. Cependant, les coûts augmenteraient aussi pour tous les autres. La mauvaise qualité de l’assurance-chômage et de l’assurance-invalidité ou la caisse unique en France et ses plus de 115 milliards d’euros de dettes prouvent que les systèmes étatiques ne maîtrisent pas leurs finances. Pour la gauche, il ne s’agit de toute façon pas d’économiser. Elle a déjà annoncé comme prochaine étape l’initiative pour des primes en fonction du revenu. Cela supprimerait complètement les incitations à agir de manière responsable. Le système de santé deviendrait un magasin self-service au détriment de la communauté.

Tous dans le même panier?
La caisse unique nous prive aussi de la liberté de choix, et ce à trois égards : le choix de la caisse-maladie, du modèle d’assurance et des franchises. Cela équivaut à des primes plus chères pour les enfants et les jeunes tout en étant sous la tutelle de l’Etat. Les partis de jeunes ne veulent pas sacrifier la liberté de choix pour une promesse de salut dénuée de tout fondement. C’est pourquoi ils mettent en avant cet aspect dans leur campagne. Les individus sont différents et ont leurs propres préférences et besoins. On ne peut pas tous les mettre dans le même panier. L’excellent système de santé suisse avec sa liberté de choix doit être préservé.

Non à l’abolition de la liberté de choix. Non à la caisse unique le 28 septembre 2014.