Près de 300 Jeunes Libéraux-Radicaux se sont réunis en Congrès extraordinaire à Zurich ce samedi pour s’exprimer sur divers sujets. Après un débat animé, la base s’est majoritairement opposée au référendum sur la norme pénale antiraciste. Presque à l’unanimité, le soutien à l’initiative « pour des logements abordables » est rejeté. Les membres se sont aussi positionnés en faveur du projet d’identité électronique. Finalement, ils ont élu leur nouveau président, en la personne de Matt Müller.
À la suite de l’ouverture du Congrès extraordinaire et des formalités statutaires d’usage, Andri Silberschmidt, président des Jeunes libéraux-radicaux suisses, a adressé un discours d’adieu fort en émotions, en rappelant l’importance de nous battre pour nos libertés. Après presque 4 années passées à la tête de la seule jeunesse libérale de Suisse et une élection au Conseil national, il laisse sa place à la relève. « En connaissant les différents sur des questions spécifiques, nous avons gardé une orientation libérale, (…), cette solidarité pour un but commun est juste, en temps de pluralité et d’individualité, un signe très fort et me rend fier».
Toute fin signifie le début d’une nouvelle aventure. L’assemblée se poursuit avec l’élection du nouveau président. Gian Brun (Zoug) et Matt Müller (Aargau) se sont présentés. Les membres présents ont désigné Matt Müller pour reprendre le flambeau et mener notre jeunesse dans les années à venir « Nous voulons devenir la jeunesse de parti la plus forte, qui défend une politique pragmatique et qui se distingue de la gauche, comme de la droite ».
Le référendum sur la norme pénale antiraciste a suscité un vif débat suite aux présentations de nos deux membres : Nicolas Rimoldi et Marco Baumann. La majorité a cependant rejeté le référendum, en soulignant toutefois son attachement à la liberté d’expression, qui est remise en cause par l’entièreté de la norme.
Le congrès a accueilli deux intervenants : Markus Naef, qui a défendu le projet d’E-ID privée, face à Erik Schönenberger. La décision concernant le projet d’une identité électronique développée par des privés a été adoptée, bien que certains membres y soient réticents. En effet, l’identité électronique est une idée que nous souhaitons introduire dans le cadre d’une société 4.0.
Les JLRS appellent à refuser ce février l’initiative « Davantage de logements abordables ». D’une part, ce projet ne correspond pas à un modèle de marché libéral des logements. D’autre part, passer de 3% à 10% le taux de nouveaux logements destinés à l’utilité publique n’est pas réaliste. En effet, l’initiative est idéologique et dangereuse pour la propriété privée. Nous préférons des solutions ciblées pour répondre aux éventuels problèmes dans le marché du logement.