Le Parlement s’avère être un analphabet de la digitalisation

Aujourd’hui, le Conseil national a accepté une motion du Conseil des Etats prévoyant l’interdiction des clauses de parité. Après avoir appouvé le blocage de sites Internet (loi sur les jeux d’argent), le Parlement s’obstine à inventer de nouveaux moyens pour contrôler les utilisateurs d’Internet. De telles propositions paternalistes sont dévastatrices. Elles limitent le développement de nouveaux modèles commerciaux dans le domaine numérique et freinent les innovations pourtant favorables au consommateur.

La liberté contractuelle est un outil bénéfique qui doit être défendu. Les plateformes de réservation en ligne telles que Booking.com, mais également les start-up suisses de la branche, bénéficient de cette liberté contractuelle. Elles proposent leurs services aux hôteliers. Aucune société d’hébergement n’est obligée de conclure un tel contrat avec une telle plateforme de réservation. Cependant, il est évident que la société de réservation qui offre ces services poursuit un but lucratif. Grâce à cette dernière, les hôteliers peuvent déléguer leurs tâches de marketing et promotion. Désormais, le Parlement cherche à restreindre la liberté contractuelle en permettant aux hôtels d’afficher un prix plus bas sur leur propre site – ce que l’on appelle la clause de parité. Les plateformes de réservation devraient donc assumer un travail de marketing et de promotion des hôtels, sans garantir que la réservation s’effectuera sur leur propre site.

La digitalisation, et les opportunités qu’elle offre aux consommateurs et aux fournisseurs de prestations, n’est pas soutenue par un lobby aussi fort et se retrouve donc bien souvent entravée par les décisions du Parlement, comme dans les cas de la Lex Booking et de la loi sur les jeux d’argent. Aux yeux des Jeunes libéraux-radicaux, la digitalisation est vue comme une opportunité, comme une chance pour le développement de notre économie et de notre société. Pour cette raison, nous faisons notre possible pour empêcher cette tendance toujours plus récurente.

 

Vos personnes de contact:

Michele Barone, vice-président des Jeunes libéraux-radicaux Suisse, 078 731 56 45
Andri Silberschmidt, président des Jeunes libéraux-radicaux Suisse, 079 367 58 31

2017-09-18T17:32:54+00:00 18. septembre 2017|