Le Conseil des états a rejeté la motion Wasserfallen relative à l’abolition des cours de formation complémentaire pour les nouveaux conducteurs.

Alors que le Conseil national avait initialement adopté la motion, le Conseil des états a, quant à lui, été soumis au lobby des écoles de conduite et a décidé de maintenir ces cours. Les Jeunes libéraux-radicaux suisses (jlrs) déplorent le maintien de cette contrainte, d’autant plus qu’une récente étude du Bureau de prévention des accidents (bpa) ne pouvait pas confirmer les effets positifs de ces cours sur la diminution du nombre d’accidents.

Si ce dernier a baissé, le bpa a néanmoins reconnu que c’est davantage la menace de la sanction, comme le retrait du permis, qui inquiète les nouveaux conducteurs et les amène à faire preuve de prudence. Quand on sait que la menace de sanction a un tel effet, il est inutile d’opter pour une stratégie de punition généralisée. La solidarité oui, mais pour des individus responsables. Nous ne le répéterons jamais assez, la société n’a pas à payer pour les abus d’une minorité.

A ce stade, les jlrs tiennent toutefois à assurer qu’ils ne lâchent pas prise et continuent de demander l’abolition de ces cours, trop chers et trop contraignants pour les jeunes. Comme déjà communiqué antérieurement, nous souhaitons également nous engager en faveur de la conduite accompagnée afin de gagner de l’expérience et de prendre conscience des dangers de la route dès 16 ans. Cette méthode serait, comme l’étude du bpa l’a confirmé à plusieurs reprises, source d’amélioration du comportement vis-à-vis des autres usagers de la route.

Évidemment, une approche plus libérale, faisant appel à la responsabilisation n’est pas du goût de l’Office fédéral des routes (OFROU) puisque les personnes privées contribueraient d’elles-mêmes à améliorer la sécurité routière et déchargerait ainsi l’OUFROU d’une partie de ses tâches. Pour le plus grand plaisir des jlrs puisque cet office coûterait moins cher au citoyen.

Plus de libertés, moins d’État.