Comme ils l’ont annoncé, les Jeunes socialistes ont décidé de cesser la récolte de signatures contre la LSCPT. Les Jeunes libéraux-radicaux condamnent au plus fort cette action opportuniste et de niveau d’école maternelle. La JSS a fourni seulement une partie des signatures promises et prend peur face à sa Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga qui est responsable du dossier.

De leur côté, les JLRS ont récolté deux fois plus de signatures malgré leur position d’opposition au sein du camp bourgeois.  On ne peut pas faire confiance aux Jeunes socialistes. Ils ont fait grand bruit dans les médias pour clamer leur opposition à la loi sur la surveillance, mais après avoir récolté seulement 1’500 signatures, ils jettent l’éponge et n’assument pas leurs responsabilités liées à cet échec. Cela laisse penser que la JSS n’a jamais vraiment eu l’intention de prendre des mesures face à la LSCPT. Il semblerait que l’aile jeune du PS fasse de la mise en avant de sa Conseillère fédérale, une grande priorité. Et ce, malgré la décision des délégués du Parti socialiste suisse de soutenir le référendum contre la LSCPT. Les décisions des délégués du PS ne sont apparemment bonnes qu’à finir sur un procès-verbal, mais pas à être concrétisées. 

« La JSS a une façon malhonête d’agir et ne prend aucune responsabilité face à son échec. Ils préfèrent transférer la responsabilité sur les autres, fidèles à leurs principes politiques. Nous, les Jeunes libéraux-radicaux, allons nous engager à 150% afin de recueillir les signatures nécessaires. » explique Andri Silberschmidt, Président des Jeunes libéraux-radicaux suisses.

Vos contacts

Michele Barone, vice-présidente, 078 731 56 45

Matthias Müller, vice-présidente, 079 839 64 04