C’est avec étonnement que nous prenons note d’un communiqué de presse de plusieurs jeunesses de partis. Dans ce dernier elles critiquent notre initiative visant à garantir la pérennité de notre système de retraites et notre approche en vue d’une éventuelle coopération. Il est pourtant clair depuis octobre 2018 que les Jeunes Libéraux-Radicaux Suisse (JLRS) vont lancer une initiative sur ce sujet. Quelques mois plus tard, différentes jeunesses ont été invitées à participer. Pour nous, c’est clair : l’AVS est dans un état préoccupant. Il est temps maintenant d’apporter des solutions. Nous prenons notre responsabilité au sérieux et lançons donc une initiative populaire, pendant que d’autres se limitent à rédiger des communiqués de presse.
Les JLRS ont fait part de leur intention de lancer une initiative il y a un an
Le 6 octobre 2018, lors de leur réunion à Malters, les délégués ont autorisé le comité des JLRS à examiner le lancement d’une initiative et présenter diverses variantes aux délégués pour débat au cours de l’été 2019. Cette décision a été rendue publique. Un groupe de travail interne a étudié diverses idées et échangé activement à ce sujet avec de nombreux experts. Le 8 mars, près de 5 mois après cette première communication, une première réunion a eu lieu avec quelques présidents d’autres jeunesses de partis. Malheureusement, l’intérêt pour cette réunion était limité. Une jeunesse de parti n’était simplement pas présente ni en personne, ni par téléphone. Un autre représentant d’un parti a rejoint la discussion par téléphone avec un retard non excusé pour finalement quitter la discussion 15 minutes plus tard. Une seule jeunesse de parti s’est intéressée à nos textes élaborés et a promis son approbation et sa coopération future. Néanmoins, il a été convenu que le texte final de l’initiative serait renvoyé à toutes les jeunesses et qu’elles examineront ensuite la question d’une coopération au niveau interne.
Le 23 juin 2019, les délégués des JLRS ont adopté à l’unanimité l’un des trois textes d’initiative élaborés. Cette décision a suscité un écho large et positif. Le 16 juillet, les premières propositions de participation au comité d’initiative ont été envoyées aux représentants des diverses jeunesses de partis. Quelques jours plus tard, des refus sont arrivés. Dans le même temps nous avons dû prendre connaissance du fait que certains partis interdisaient toute coopération à leurs membres en lien avec l’initiative des JLRS. L’objectif d’une coopération fructueuse n’était manifestement pas une priorité. Près de trois mois plus tard, un communiqué de certaines jeunesses de partis voit le jour, annonçant l’examen d’une autre initiative et critiquant notre approche. C’est une démarche étonnante, étant donné qu’une coopération a été clairement rejetée auparavant. Néanmoins, nous sommes naturellement heureux de voir de nouvelles idées émerger dans le but de sécuriser notre prévoyance vieillesse. Car au final, surtout en politique, une discussion sur les meilleures idées est essentielle.
Le texte d’initiative, que les JLRS ont élaboré après des mois de travail et qui a finalement été adopté sans voix contraire en Congrès à Soleure, prévoit dans un premier temps de relever l’âge de la retraite à 66 ans, puis de le lier à l’espérance de vie et donc de dépolitiser ce dernier facteur. En outre, les JLRS ne sont pas opposés à la flexibilisation, au contraire, mais celle-ci doit être assurée par voie législative. De même, les compensations sociales doivent également être introduite par voie législative. Inscrire une compensation directement dans le texte d’initiative irait à l’encontre de l’unité de la matière et serait donc anticonstitutionnel. Les JLRS ont approfondi ces points et en ont fait vérifier leur faisabilité d’un point de vue juridique.
Nicolas Jutzet au sujet de la pérennisation de l’AVS : « Nous apportons des actes au lieu de paroles ! Le temps presse – il faut agir, le plus rapidement possible. La façon de faire des autres jeunesses démontre tout au plus leur absence de proposition crédible. Nous ne pouvons l’approuver. Notre initiative sera publiée dans la feuille fédérale dans les semaines à venir. Il faut s’attaquer au problème au lieu de le commenter ! ».