Les jeunes libéraux-radicaux se réjouissent de ce vote ! Le Conseil national rejette la convention sur les successions avec la France.

2016-11-16T16:57:23+01:0013. décembre 2013|

Le 4 août 2012, les jeunes libéraux-radicaux écrivaient que la conseillère fédérale Widmer-Schlumpf était devenue hors contrôle. Aujourd’hui, les élans de la conseillère fédérale ont pu être stoppés par le parlement. La convention sur les successions avec la France n’a eu aucune chance au parlement.

Les jeunes libéraux-radicaux rejettent clairement l’initiative sur les salaires minimums: Une « protection » contreproductive avec une vision à court terme

2016-11-16T16:59:07+01:0011. décembre 2013|

Les Suisses ont donné un signal clair le 24 novembre 2013 : contrairement au PS, ils reconnaissent les avantages du libéralisme. Si la Suisse est restée, en grande partie, indemne durant la crise économique, c'est la preuve du bon fonctionnement du système actuel. Une économie libre profite autant aux employés qu'aux employeurs.   

Les jeunes veulent aussi prévoir leur retraite !

2016-11-16T17:02:16+01:0021. novembre 2013|

Aujourd’hui, la procédure de consultation pour la réforme de la « Prévoyance vieillesse 2020 » a été ouverte. A cette occasion, les Jeunes libéraux-radicaux suisses (jlrs) vont examiner rigoureusement le projet de consultation et rédiger une réponse de consultation. La prévoyance vieillesse est devenue le terrain de jeu de la politique, ce qui explique les blocages qu’elle rencontre. Afin de mener un débat constructif, il est essentiel de dépolitiser ce sujet, qu’est la prévoyance vieillesse. Il n’est pas question de réduire les prestations mais, au contraire, d’en assurer le versement à long terme. Les jlrs saluent la volonté d’harmoniser l’âge de la retraite entre hommes et femmes mais rejettent clairement un financement à travers des cotisations plus élevées, une augmentation de la TVA ou encore un impôt sur les successions.

 

La prostitution: Délit ou plaisir ?

2016-11-16T17:02:59+01:0019. novembre 2013|

La première option pourrait devenir réalité si le postulat, adopté par le Conseil national en mars dernier, venait à aboutir. A l’instar de la Conseillère nationale Marianne Streiff-Feller (PEV / BE), certains parlementaires souhaitent punir les clients des travailleurs du sexe, en créant la confusion entre traite d’êtres humains et prostitution. Les Jeunes libéraux-radicaux suisses, quant à eux, (jlrs) prônent une meilleure reconnaissance des travailleurs du sexe, et soutiennent le postulat déposé par le Conseiller national Andrea Caroni (PLR / AR), demandant une amélioration du statut juridique de ces travailleurs.

Pas de discrimination avec le quota de femmes

2016-11-16T17:05:35+01:007. novembre 2013|

Les jeunes libéraux-radicaux Suisse critiquent la décision du Conseil fédéral visant à introduire un quota de femmes pour l’étage de direction concernant les affaires fédérales. Avec ce dernier, l’on acceptera une discrimination implicite des candidats masculins pour les postes situés au niveau fédéral et de manière parallèle, les femmes qualifiées seront dégradées à cause du quota des femmes.

Une victoire en faveur d’une société raisonnable

2016-11-16T17:06:16+01:0019. septembre 2013|

Suite au net refus de la Commision de l’économie, le Conseil national refuse à son tour d’entrer dans cette politique de réglementation excessive dans le domaine de la vente d’alcool.

Refusons la collaboration administrative successorale en faveur de la France!

2016-11-16T17:09:19+01:009. septembre 2013|

Les Jeunes Libéraux-Radicaux rejettent la nouvelle convention de double imposition sur les successions avec la France. Ils regrettent fortement que le Conseil fédéral s’obstine dans une voie sans issue, défavorable aux intérêts des citoyens et de la Suisse. Le rejet de la convention a été également soutenu par la conférence des présidents des partis cantonaux du PLR.Les Libéraux-Radicaux.

Le SFI sombre dans le dogmatisme juridique

2016-11-16T17:12:18+01:0017. août 2013|

Les Jeunes Libéraux-Radicaux suisses (JLRS) contestent point par point les prétendues erreurs mises en évidence par le SFI au sujet de la convention de double imposition sur les successions franco-suisse. Le Secrétariat d’Etat se borne à apprécier les événements avec un dogmatisme juridique qui n’a rien à voir avec les visées politiques réelles de notre voisin. Le document fourni aux médias révèle que le Département fédéral des finances mélange dans les négociations les intérêts français et les intérêts suisses.